bas de la page
 

L'ECLAIREUR DU GATINAIS
Jean-Marc Richard dont l'atelier de la Grange aux Dîmes réalise depuis quelques années des carreaux de céramique personnalisés, pour la numérotation des maisons de Ferrières et de ses environs, vient de réaliser un caducée de belle taille pour la pharmacie de l'avenue de Verdun. Ce caducée conçu avec Mme Vivet, dessiné et réalisé par Jean-Marc Richard est, à ce jour, sa plus grosse commande. Constituée de 120 carreaux de 20x20 cm, la céramique a été cuite à 1.300 degrés, pour résister au gel et aux intempéries. Il a dû faire appel à l'entreprise Jouannet pour le mettre en place. L'artisan, qui a créé une centaine de plaques de numérotation pour les maisons de Ferrières travaille maintenant sur toute la France. De plus, la nunicipalité de Dordives fait appel à lui pour réaliser des "dessous de plat" aux armes de la ville, cadeau qu'elle offre à ses jeunes mariés. Avec un atelier très bien équipé, talent et technique à l'appui, Jean-Marc Richard devrait pouvoir répondre à une demande de plus en plus vaste dans le domaine de la céramique.

6 aout 1998

LA REPUBLIQUE DU CENTRE
A CHACUN SON BLASON... DANS UNE PETITE CITE MEDIEVALE, UN OUVRIER DETIENT LA CLE DU SYSTEME
Quelle autre plus belle satisfaction peut-on avoir lorsque l'on parvient a faire d'une passion, son métier? A Ferrieres, en plein coeur de la petite cité médiévale il est un artisan qui pourra certainement vous répondre. Mieux, sans rien lui demander, regardez-le seulement travailler ou blasonner. Dans son atelier de " La Grange aux Dîmes ", de longues heures durant M. Richard se consacre en effet, à un artisanat particulier qui est celui de la création et de la reproduction de blasons en émaux. Une activité tout à fait originale, surtout à notre époque où ces pieces tendent, petit à petit, à disparaître; et c'est bien dommage. Néanmoins, chaque ville, chaque province, et même quelques familles ont encore les traces de leurs armoiries frappées, à l'origine, sur un tel écu. Et, sans être un héraldiste confirmé, M. Richard se propose alors de les recréer dans la meilleure authenticité. Un véritable travail de maître! La première de ses créations, le blason de Ferrieres-en-Gatinais, est aujourd'hui entourée de bien d'autres : Dordives, Montargis, Château-Landon, Souppes-sur- Loing, Gien, ajoutée à la presque totalité des provinces françaises.
Un travail minutieux
La réalisation d'un blason demande une dizaine d'heures, mais le délai de fabrication est d'environ trois semaines, à cause du temps de séchage. Le procédé utilisé est dit "au grand feu". La plaque de terre, après avoir reçu sa forme, est gravée au dessin du blason, séchée très lentement afin de lui éviter toutes déformations. Elle va ensuite recevoir les émaux, la terre friable et absorbante exige alors une sûrete de la main infaillible de l'artisan, car aucune retouche n'est possible. L' émaillage se fait à main-levée, et au goutte-à-goutte.
Après achèvement du décor, le blason est cuit au "grand feu", à une température de 1280 degrés C. Les émaux composés d'oxydes métalliques prennent leur couleurs en donnant à l'ensemble une parfaite unité. La palette des teintes n'en contient pas moins de 100. Les métaux ( or et platine) sont également utilisés pour certains blasons.
Ainsi après des années d'essais, de tatonnements, de recherches, M.Richard semble, aujourd'hui détenir une excellente technique qui renferme, on s'en doutera, bien d'autres particularité; des secrets dont on ne saura rien...
chacune de ses pièces est numérotée, signéé et livrée avec un certificat d'authenticité.
"La Grange aux Dimes" est l'une de ces grandes batisses ou l'atmosphère est chaleureuse. Poussez donc la porte et entrez-y...

MV
SAM-DIM 26 AOUT 1990

LA REPUBLIQUE DU CENTRE
A CHAQUE VILLE SON BLASON

Installé depuis quatre ans à Ferrières, M. Richard a apporté avec lui un vent de nouveauté à cette ville médiévale du Loiret. Dans son atelier de "La Grange-aux-Dîmes ", installé à l'arrière de sa boutique M. Richard consacre de longues heures à son métier et sa passion : la création et la reproduction de blason en émaux. A l'origine, les plaques de céramique étaient encastrées dans des meubles de bois, mais devant le peu de succès de cette association, M. Richard change son fusil d'épaule. Les blasons de céramique sont alors utilisés pour réaliser des dessous-de-plat, des cendriers et des plaques de rue. Plus original encore: l'artisan crée, sur demande, des plaques avec le blason de la famille.

Des blasons uniques:


La création de chaque blason demande environ trois semaines de délai. La plaque de terre, après avoir reçu sa forme, est gravée au dessin du blason, puis séchée très lentement afin d'éviter les déformations. Après achèvement du décor, le blason est alors cuit selon le procédé de fabrication dit "au grand feu", à une température de l.280'. Quant aux couleurs, elles sont obtenues grâce au choix minutieux des oxydes rnétalliques.
M. Richard, véritable professionnel en la matière, compte de véritables chefs-d'oeuvre à son palmarès. La première de ses créations, le blason de Ferrières-en-Gâtinais, est entourée de multiples autres : Dordives, Montargis, Egreville, Château-Landon, Souppes-sur- Loing et Paris. M. Richard ne compte d'ailleurs pas s'arreter là : il envisage de créer les blasons de toutes les provinces de France.

C.M.
MARDI 2 JANVIER 1990

haut de la page
FIN CHAPITRE IV
sommaire